Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 24 juin 1997

Denys 1er de l'Anse

Date de diffusion : 3 février 1997

Le 24 juin 1997, Denys Tremblay est sacré roi de l'Anse-Saint-Jean au Saguenay. Rassemblées à l'église du village, plus de 1500 personnes assistent à la cérémonie du couronnement. Professeur en art environnemental à l'Université du Québec à Chicoutimi, Denys 1er souhaite relancer l'activité touristique de la région.

Quelques mois auparavant, la journaliste Johanne Faucher s'intéresse à son projet de monarchie alors qu'il vient de recevoir le mandat royal par référendum.

Après les inondations de 1996, Denys Tremblay profite de la crise qui touche le tourisme au Saguenay pour relancer son idée, déjà vieille de quelques années, d'exploiter à l'année le centre de ski du mont Édouard. L'artiste rêve de créer une immense fresque végétale sur le flanc de la montagne, représentant Saint-Jean-Baptiste. La création d'une « monarchie municipale » était le moyen de promouvoir et de financer cette œuvre dont le coût était évalué à environ un million de dollars.

Le règne de Denys 1er durera trois ans. Le manque d'appui de la population à son projet de sculpture environnementale, le Saint-Jean du Millénaire, fit renoncer à son trône Denys ler.

Le 14 janvier 2000, il dépose sa couronne lors d'une cérémonie d'abdication au presbytère de l'Anse-Saint-Jean. Outre le curé, qui le relève de ses serments, la mairesse Rita Gaudreault et deux citoyens sont présents.

Denys 1er de l'Anse

• Le roi reçoit une subvention de 18 000 $ du Conseil des Arts du Canada afin de réaliser son couronnement. Parmi ses attributs monarchiques, on retrouve une cape, une épée et une couronne incrustée de branches d'épinette en aluminium bleu. Quant au référendum, il coûta 4000 $ à la municipalité de l'Anse-Saint-Jean.

• La première monarchie démocratique aura droit à sa bière. Préparée par les Brasseurs de l'Anse, une partie des profits de la « Royale de l'Anse », était versée au projet de fresque végétale.

• Dans son premier discours, le monarque implore la reine Élisabeth II de régler le problème constitutionnel canadien et lui demande d'intervenir pour que le Québec devienne une monarchie.

• Tentés par l'idée d'un royaume, les Anjeannois ne se sont cependant pas ralliés aux idées coûteuses de Denys 1er. L'acquisition de titres de noblesse n'a pas eu le succès escompté et son rêve de dessiner Saint-Jean-Baptiste sur la montagne a été jugé trop ambitieux par la plupart des citoyens.

• Une fois couronné, Denys 1er éprouve de la difficulté à financer son projet de sculpture horticole. Pour donner l'exemple, la municipalité accepte de lui accorder un financement de 100 000 $ au printemps 1999. Plusieurs contribuables anjeannois, indignés de ce geste, organisent une campagne d'opposition au projet. Lorsqu'un nouveau conseil municipal est élu en novembre, la subvention est aussitôt retirée.

Denys 1er de l'Anse

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 3 février 1997

Invité(s) : Noël Daigle, Marina Lavoie, Mauril Lavoie, Guy Parent, Jacqueline Saint-Pierre, Yves Laurent Simard, Denys Tremblay, François Léo Tremblay, Richard Tremblay

Ressource(s) : Johanne Faucher

Durée : 10 min 13 s

Dernière modification :
24 juin 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Aussi un 24 juin 
Montréal fête la Saint-Jean-Baptiste
24 juin 1969
Le 24 juin 1969, Montréal célèbre la fête de saint Jean-Baptiste, le patron des Canadiens français.
Télévision
32 min 12 s

Découvrez aussi
La philosophie d'un homme
Télévision
18 min 04 s
Le Dr Morgentaler affirme pratiquer des avortements par choix moral, par humanisme.
Effets dévastateurs de la thalidomide
Télévision
1 min 06 s
Les effets secondaires du médicament sont révélés aux yeux du monde, consterné par l'ampleur de la catastrophe.