Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 20 juin 1985

René Lévesque s'en va

Date de diffusion : 21 juin 1985

Alors que l'Assemblée nationale célèbre ses 25 années de vie politique active le 20 juin 1985, René Lévesque assiste, souriant et un peu mal à l'aise, à l'hommage de ses collègues. Il sait que cette carrière vient de prendre fin, mais il ne dit mot. Vers 23 heures, après l'heure de tombée des journaux et la fin des bulletins de nouvelles, il envoie une simple lettre à la vice-présidente du parti, Nadia Assimopoulos, annonçant sa démission.

« Il fallait que ce soit un ancien journaliste qui procède de cette façon », commente Bernard Derome, lors d'une émission spéciale consacrée à la démission du premier ministre, le 21 juin. L'heure tardive de l'annonce de la démission a en effet pris tout le monde par surprise.

« Chère Nadia, écrit René Lévesque, vous n'étiez pas sans vous douter, comme bien d'autres, que tôt ou tard je quitterais la présidence du parti. Ayant tout pesé de mon mieux, je vous remets la présente qui constitue ma démission prenant effet ce jour même. »

Le premier ministre demande ensuite à Mme Assimopoulos de transmettre ce message au conseil national : « Merci du fond du cœur, merci à vous comme à tous ceux et celles qui se reconnaîtront, et qui n'ont cessé depuis tant d'années de payer de leur personne et de leur portefeuille pour bâtir, enraciner, maintenir ce projet si sain et démocratique que nous avons dessiné ensemble pour notre peuple. »

Depuis plusieurs années déjà, le leadership de René Lévesque était contesté par un nombre croissant de membres du Parti québécois.

Le 19 novembre 1984, le premier ministre annonce que la souveraineté ne sera pas l'enjeu de la prochaine élection. Les membres du Parti avaient pourtant adopté une motion contraire lors du congrès en juin : Lévesque demande qu'elle soit modifiée. Le 22 novembre, cinq ministres démissionnent en signe de protestation : Camille Laurin, Jacques Parizeau, Jacques Léonard, Gilbert Paquette et Denise Leblanc. Lors d'un congrès extraordinaire en janvier 1985, le PQ reconfirme néanmoins René Lévesque dans ses fonctions de chef.

René Lévesque s'en va

• Le 3 octobre 1985, René Lévesque démissionne de son poste de premier ministre. Pierre-Marc Johnson, élu à la présidence du Parti québécois le 29 septembre 1985, lui succède.

• Après sa démission, René Lévesque publie ses mémoires politiques : Attendez que je me rappelle, en 1986. L'ouvrage sera vendu à plus de 250 000 exemplaires. À partir d'août 1987, il anime à CKAC l'émission Point de vue sur l'actualité, jusqu'à sa mort, le 1er novembre 1987, à l'âge de 65 ans.

• Le dernier tome de la biographie de Pierre Godin consacrée à René Lévesque, L'Homme brisé, révèle les heures difficiles qu'a vécues l'ancien premier ministre en janvier 1985, avant sa démission, dans un chapitre intitulé « Burnout aux Tropiques ». Lévesque est alors en proie à une dépression sévère pour laquelle il devra être hospitalisé.

René Lévesque s'en va

Média : Télévision

Émission : Démission de René Lévesque

Date de diffusion : 21 juin 1985

Invité(s) : Marc-André Bédard, Yves Blais, Robert Bourassa, Jean-Pierre Charbonneau, Pierre de Bellefeuille, Michel Gauthier, Rodrigue Jean-Guy, Claude Lachance, Bernard Landry, Marcel Léger, René Lévesque, John Turner

Ressource(s) : Jean Bédard, Bernard Derome, Claude Desbiens, Gilles Morin, Charles Tisseyre

Durée : 18 min 11 s

Dernière modification :
11 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
Le Québec se souvient de René Lévesque
Télévision
5 min 37 s
1er novembre 1987
Le 1er novembre 1987, René Lévesque s'éteint à l'âge de 65 ans, sa mort met la population québécoise en émoi.
« À la prochaine fois »
Télévision
13 min 07 s
20 mai 1980
Au soir du 20 mai 1980, les souverainistes applaudissent leur chef, dont le regard est déjà tourné vers l'avenir.