Vous devez activer JavaScript Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · C'est arrivé le... · 1er juin 1962

Vive les ponts… libres!

Date de diffusion : 1er juin 1962

Le ministre fédéral associé à la Défense et député de Longueuil, Pierre Sévigny, semble tout heureux d'annoncer que les péages sont abolis sur les deux ponts reliant la Rive-Sud à Montréal, en ce début du mois de juin 1962. Il faut dire que les habitants des villes formant la banlieue sud de Montréal – Jacques-Cartier, Longueuil, Montréal-Sud, Saint-Lambert et Greenfield Park – réclament la fin du péage sur les ponts depuis des années. Ce sont, bien entendu, les principaux utilisateurs de ces infrastructures, et ils en payent le prix depuis que les voitures y ont accès.

Le pont Victoria est le premier lien entre l'île de Montréal et ses environs. Construit en 1859 par la Grand Trunk Railway Company et inauguré en 1860, puis reconstruit en 1898, il a été réservé aux trains jusqu'en 1899, année où on l'ouvre à la circulation routière moyennant péage. Il est toujours en service, emprunté quotidiennement par 36 000 véhicules.

Le 24 mai 1930, le premier ministre canadien William Lyon McKenzie King inaugure le pont Jacques-Cartier, d'abord appelé pont du Havre, d'Ottawa par téléphone. En 1962, 18 millions d'automobiles l'empruntaient.

Quarante ans après l'annonce du ministre Sévigny, les habitants de la Rive-Sud risquent de devoir ressortir leur portefeuille pour pouvoir rejoindre Montréal. Au début de l'année 2001, le ministre québécois des Transports Guy Chevrette met sur pied la Commission de consultation sur la possibilité d'un nouveau lien de transport entre Montréal et la Rive-Sud. Présidée par l'ingénieur Roger Nicolet, cette commission recommande, entre autres, « que le gouvernement utilise l'approche du péage toutes les fois qu'un tel système permet effectivement de facturer à l'utilisateur le coût d'un nouvel équipement ».

Vive les ponts… libres!

• Pendant la construction du pont Victoria, les ouvriers de l'entreprise Peto, Brassey et Betts, responsable de la construction du pont, déterrent des ossements humains. Il s'agissait des restes d'Irlandais morts du typhus sur les bateaux les amenant dans le Nouveau Monde, entre 1847 et 1848. Les ouvriers décidèrent de leur ériger un monument et choisirent un énorme roc qui avait été tiré du fleuve pour la construction d'un des piliers du pont. Le « roc irlandais » rend toujours hommage à ces 6000 immigrants irlandais.

• En septembre 1959, les utilisateurs du pont Jacques-Cartier, qui réclament l'abolition du péage depuis des années, découvrent les nouvelles guérites de péage automatique. Très rapidement, les autorités fédérales, responsables de la perception des péages, remarquent une augmentation de la recette quotidienne. Il appert que les percepteurs se servaient généreusement à même les fonds récoltés tous les jours et utilisaient l'argent dérobé pour payer leurs maisons et les études de leur progéniture.

• Toutes les grandes villes du monde ont à faire face à des problèmes de circulation. En février 2003, la ville de Londres a mis en place un système de péage électronique obligeant les automobilistes à débourser l'équivalent de 10,50 dollars canadiens chaque fois qu'ils veulent accéder au centre historique de la ville. Pour ce faire, 800 caméras ont été installées.

Vive les ponts… libres!

Média : Radio

Émission : Pierre Sévigny

Date de diffusion : 1er juin 1962

Invité(s) : Pierre Sévigny

Durée : 2 min 08 s

Dernière modification :
12 mars 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Consultez une autre date
D L M M J V S
consultez tous les événements du mois
Découvrez aussi
Le dernier tramway
Télévision
2 min 11 s
3 septembre 1956
Le 3 septembre 1956, le dernier tramway circule sur la rue Sainte-Catherine, principale artère de Montréal.
Le pont de Québec
Télévision
9 min 20 s

Construit entre 1900 et 1917, le pont de Québec est le plus long pont cantilever au monde.