Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Musique · L'aventure des JMC

L'aventure des JMC

Date de diffusion : 13 août 1999

À l'automne 1999, le mouvement des Jeunesses musicales du Canada (JMC) célèbre déjà ses 50 ans. Pour souligner l'événement, l'ancienne chaîne culturelle de Radio-Canada offre une émission spéciale de près de quatre heures : L'Aventure des Jeunesses musicales du Canada.

Quoi de plus naturel pour l'animatrice Françoise Davoine que d'accueillir la figure de proue du mouvement, celui qui a fait grandir et connaître les JMC partout au pays et à l'étranger, Gilles Lefebvre. Il rappelle le fascinant parcours de l'organisation. De célèbres musiciens, dont la pianiste Colombe Pelletier, les violonistes Charles Reiner et Henryk Szeryng, ainsi que la contralto Maureen Forester et la basse Joseph Rouleau, évoquent également leurs plus beaux souvenirs.

L'origine des Jeunesses musicales remonte au début de la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1940, le Belge Marcel Cuvelier, directeur de la Société Philharmonique de Bruxelles, fonde le mouvement des Jeunesses musicales dans le but de stimuler les jeunes générations à l'éveil musical et surtout les éloigner de l'influence prépondérante du nazisme. Un premier concert réservé à un jeune auditoire est d'ailleurs organisé le 17 octobre au Palais des Beaux-Arts. Vers la fin de la guerre, en 1945, Marcel Cuvelier et le Français René Nicoly créent à Bruxelles la Fédération internationale des Jeunesses musicales (FIJM).

Les deux instigateurs des FIJM croient que le langage universel de la musique représente un puissant sauf-conduit pour lutter contre le racisme et l'intolérance. Dès lors, l'organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif se déploie rapidement à travers toute l'Europe.

Les Jeunesses musicales du Canada (JMC) sont créées en 1949 par la volonté du regretté Gilles Lefebvre. Né le 20 juin 1922 en plein cœur du Plateau-Mont-Royal à Montréal, Gilles Lefebvre développe un goût pour la musique dès son enfance, en particulier lors de ses passages aux camps scouts du lac Simon, dans la région de l'Outaouais.

Gilles Lefebvre joue du violon depuis déjà quelques années lorsqu'il intègre les rangs de la troupe des scouts dirigée par Hervé Benoist. Le jeune Gilles vit d'heureux moments, et l'influence de son chef le marque profondément. Il retiendra d'Hervé Benoist tout le sens du  mot « servir ». Une philosophie qu'il appliquera au cours de sa carrière avec les JMC.

Lefebvre met à l'œuvre ses talents d'organisateur lors de son passage à l'Université d'Ottawa. Il produit des séries de concerts et élabore son réseau de musiciens avec des rencontres comme celles de la célèbre basse Joseph Rouleau.

À l'automne 1942, Lefebvre quitte l'université pour s'enrôler comme musicien dans l'armée. Il choisit cette avenue car elle lui permet de voyager en Europe. Là-bas il fait la connaissance de plusieurs musiciens, dont le violoniste virtuose polonais Henryk Szeryng avec qui il effectue une tournée de concerts dans les camps militaires.

La réputation de Gilles Lefebvre l'amène à réaliser plusieurs tournées au Canada après la guerre. Il ne cesse de cumuler les amitiés avec d'importantes personnalités musicales, telles que Wilfrid Pelletier, Raoul Jobin, John Newmark, Arthur Leblanc. Mais il tient à retourner sur le Vieux Continent pour devenir virtuose.

Le violoniste se retrouve à l'École normale de musique de Paris en 1946. Le manque de soutien apporté aux étudiants étrangers l'incite à fonder une association de musiciens canadiens à Paris. Il suit des cours avec de prestigieux professeurs, tels que George Enesco, René Benedetti et Norbert Dufourcq, un célèbre pédagogue dont l'influence sur Lefebvre sera déterminante.

Gilles Lefebvre côtoie aussi les plus grands violonistes du monde à Paris : Yehudi Menuhin, Arthur Honegger, Jacques Thibaud et plusieurs autres. Faute d'argent, il doit cependant rentrer au Canada deux ans plus tard.

L'aventure des JMC

• À l'occasion du cinquantième anniversaire des Jeunesses musicales du Canada, Gilles Lefebvre rappelle la grande aventure du mouvement et du Centre d'arts Orford dans le livre Terre des jeunes, publié en 1999 aux éditions Fides.

• Dans une autre publication des éditions Fides de 1993, La Musique d'une vie, Gilles Lefebvre trace son récit autobiographique. Il y explique, entre autres, pourquoi il a délaissé une carrière de violoniste virtuose pour se tourner vers la promotion de la musique auprès des jeunes.

L'aventure des JMC

Média : Radio

Émission : L'aventure des jeunesses musicales du Canada

Date de diffusion : 13 août 1999

Invité(s) : Victor Bouchard, Henri Brassard , Henri Brassard, Andrée Desautels, Andrew Dodds, Michel Dussault, Michel Dussault , Maureen Forrester, Bruno Laplante, Gilles Lefebvre, Renée Morisset, Colombe Pelletier, Charles Reiner, Joseph Rouleau, Henryk Schering, Henryk Szeryng, Yoav Talmi

Ressource(s) : Françoise Davoine

Durée : 3 h 12 min 42 s

Dernière modification :
5 octobre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Filmer les Jeunesses musicales
Radio
3 min 20 s
Jeune réalisateur à l'ONF, Jutra tourne un documentaire sur les Jeunesses musicales du Canada.
Bienvenue au parc national du Mont-Orford
Télévision
12 min 29 s
En 1951, Gilles Lefebvre érige l'un des principaux piliers de la fondation des JMC : le camp musical du parc du Mont-Orford.