Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · Judith Jasmin, femme et journaliste

Période : 1938 - 1972

Judith Jasmin, femme et journaliste

Trente ans après sa mort, Judith Jasmin demeure un des piliers du journalisme québécois. Et si de nombreuses journalistes d'aujourd'hui se réclament de son héritage, leurs collègues masculins lui doivent également beaucoup. Femme libre et indépendante, elle parcourt le monde et rencontre les figures les plus marquantes de l'histoire politique et culturelle.

icone_tv
9 clips télé
icone_micro
7 clips radio

La journaliste accidentelle

Date de diffusion : 8 mars 1972

Judith Jasmin vient de recevoir le prix Olivar-Asselin lorsqu'elle rencontre Wilfrid Lemoine dans le cadre de l'émission Format 60. Ce sera la dernière apparition de la journaliste à la télévision. Rongée par le cancer, elle s'éteint sept mois plus tard.

Cette entrevue résume tout ce que fut la vie professionnelle de la journaliste : l'importance de l'objectivité chez le journaliste, la nudité du fait, mais aussi la bonne foi et la sincérité du journaliste.

Même si elle n'a fait aucune étude universitaire en journalisme ou dans quelque autre matière, Judith Jasmin comprend d'instinct le métier. Plus jeune, Judith voulait faire des études en chimie, mais ses parents manquant d'argent, elle doit abandonner tout espoir d'entrer à l'université et d'obtenir un diplôme.

En devenant journaliste, Judith Jasmin entre dans un monde d'hommes. Et si elle ne prend pas de point de vue proprement féminin dans ses reportages, elle traite cependant ses sujets d'un point de vue de femme.

La journaliste accidentelle

• Essayiste et journaliste, Olivar Asselin est l'un des fondateurs du quotidien Le Devoir. Il cesse d'écrire dans les médias pour s'engager dans l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il devient secrétaire de la mission canadienne et délégué à la conférence de paix. Il revient au journalisme en 1930, collaborant au Canada, puis fondant L'Ordre en 1934 et La Renaissance en 1937.

• Le prix portant le nom de Olivar Asselin est créé en 1955 par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et décerné depuis à une personnalité qui s'est illustrée dans le domaine du journalisme. Parmi les lauréats du prix Olivar-Asselin, on compte René Lévesque (1957), René Lecavalier (1959), Fernand Seguin (1977), Pierre Nadeau (1979), Bernard Derome (1981) ainsi qu'Andréanne Lafond (1989).

La journaliste accidentelle

Média : Télévision

Émission : Format 30

Date de diffusion : 8 mars 1972

Invité(s) : Judith Jasmin

Ressource(s) : Wilfrid Lemoine

Durée : 7 min 21 s

Dernière modification :
7 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
À toi Jean-Maurice
Radio
7 min 34 s
7 juillet 1990
Au lendemain de son décès, de nombreuses personnes rendent hommage à Jean-Maurice Bailly, l'une des voix les plus familières de la radio québécoise.
Serge Turgeon obtient un statut pour les artistes
Radio
17 min 59 s
17 décembre 1987
En 1987, Serge Turgeon, président de l'Union des artistes, obtient la reconnaissance du statut professionnel de l'artiste.