Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · Contenu canadien : le rapport Macerola

Contenu canadien : le rapport Macerola

Date de diffusion : 18 juin 2003

En avril 2002, la ministre du Patrimoine canadien, Sheila Copps, juge que la définition du « contenu canadien » dans les productions cinématographiques et télévisuelles doit faire l'objet d'un examen puisqu'elle date d'une trentaine d'années. Un an plus tard, en juin 2003, l'ex-directeur de Téléfilm Canada, François Macerola, dépose son rapport et fait 11 recommandations qui sont rapidement critiquées, notamment par l'Association des producteurs de films et de télévision, comme le rapporte la journaliste Monique Laberge.

Intitulé Le contenu canadien de la production cinématographique et télévisuelle au 21e siècle : une question d'identité culturelle, le rapport de François Macerola constate que le système à points qui donne une note sur 10 en « contenu canadien » aux productions est dépassé. Il propose de les juger d'après les « coûts de création » tout en s'assurant que les créateurs-clés desdites productions soient canadiens. Plus une production aura d'artisans canadiens, plus elle pourra espérer recevoir de subsides.

Autre recommandation clé : Macerola propose de confier l'évaluation du contenu canadien à un seul et nouvel organisme. De l'avis de plusieurs, « le système proposé serait encore plus compliqué » que l'actuel, rapporte la journaliste Monique Laberge. Pour sa part, la ministre du Patrimoine canadien de l'époque, Sheila Copps, indique aux médias écrits que ce rapport « pourrait mener à des changements considérables au sein du secteur du cinéma et de la radiodiffusion ».

Contenu canadien : le rapport Macerola

• Les règles relatives au contenu canadien permettent de déterminer quels films et productions de télévision peuvent bénéficier de subventions et quels programmes correspondent aux obligations des diffuseurs quant aux quotas de contenu canadien à diffuser.

• Créé par le ministère du Patrimoine canadien – alors que Sheila Copps en était la ministre –, le Fonds canadien de la télévision, financé conjointement par le fédéral et le secteur privé, a permis d'investir des sommes importantes dans les productions canadiennes (241 millions en 2001).

• Dans son budget de mars 2004, le gouvernement de Paul Martin a décidé de rétablir le budget du Fonds canadien de télévision, soit de le ramener à 100 millions de dollars par année. L'année précédente, le programme avait été amputé de 25 millions. « Ce qui avait entraîné l'annulation d'un grand nombre de projets de télévision et entraîné la suppression de milliers d'emplois. » (La Presse, 24 mars 2004)

Contenu canadien : le rapport Macerola

Média : Radio

Émission : Radiojournal

Date de diffusion : 18 juin 2003

Invité(s) : François Macerola, Elizabeth McDonald, Glenn O’Farrell

Ressource(s) : Raymond Archambault, Monique Laberge

Durée : 1 min 50 s

Dernière modification :
22 juin 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Le CRTC impose plus de contenu canadien
Télévision
7 min 25 s
En 1970, malgré les protestations des radiodiffuseurs privés, le CRTC décide d'augmenter le pourcentage de contenu canadien à la radio et à la télévision.
Payer pour s'américaniser?
Radio
8 min 13 s
En 1981, le CRTC donne son aval à l'arrivée de la télévision payante au Canada. Celle-ci devra toutefois soutenir la production de contenu canadien.