Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · CKRL, une radio communautaire est née

CKRL, une radio communautaire est née

Date de diffusion : 16 février 2003

Trente ans après l'entrée en ondes de la station de radio communautaire CKRL, des anciens artisans racontent leurs souvenirs à Jacques Lacoursière. CKRL, que les habitants de Québec découvrent pour la première fois le 15 février 1973 à 17 h pile, est une pionnière, ouvrant l'ère des radios communautaires au Québec, mais aussi dans tout le Canada francophone.

En 30 ans, la station augmente sans cesse son auditoire, tout en traversant de graves crises de croissance.

C'est une équipe de huit étudiants de l'Université Laval qui élaborent, en mai 1971, le projet FM-Laval, grâce au programme Perspectives-Jeunesse du Secrétariat d'État du Canada. En octobre de la même année, ils présentent un mémoire au Conseil canadien de radio-télévision (CRTC), espérant obtenir un permis de radiodiffusion pour la région de Québec. Le 14 juillet 1972, le feu vert leur est donné, la station occupera le 89,1 sur la bande FM.

Pendant les onze premières années, CKRL-MF loge au premier sous-sol du pavillon Charles-de-Koninck de l'Université Laval, qui participe d'ailleurs à son financement.

Un sondage réalisé en avril 1996 par le Groupe Léger & Léger révélait que CKRL rejoignait près de 100 000 auditeurs, ce qui représente cinq fois plus qu'à son lancement en 1973.

CKRL a ouvert la voie à quelque 25 autres stations communautaires qui ont pris leur place sur les ondes canadiennes. Regroupées au sein de l'Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec (ARCQ), ces 25 stations emploient 225 salariés, 1500 bénévoles et 18 000 membres, pour une activité économique globale de 7,5 millions de dollars par année. Les revenus de ces radios découlent à 51 % des services de publicité, à 28 % de la contribution des citoyens (adhésion, collectes de fonds, etc.) et à 21 % de subventions gouvernementales.

CKRL, une radio communautaire est née

• La station quitte les locaux de l'Université Laval à l'été 1984. Elle s'installe dans le quartier Champlain et y demeure jusqu'en 1993, déménageant ensuite dans la rue Grande-Allée. Enfin, en 2002, la station s'installe à Limoilou, dans l'édifice d'une ancienne Banque Royale qu'elle a acquis.

• En 1993, CKRL traverse l'une des plus importantes crises de son histoire : l'exécutif de la station congédie son directeur musical et sa directrice des programmes, accusés d'avoir fomenté une rébellion contre le directeur général. Sept animateurs s'en vont, en signe de solidarité.

• Le roman policier CQFD, de l'ancien directeur général de CKRL Bernard Gilbert, s'inspire largement des gens qui ont côtoyé l'auteur au cours de ses années à la station. Bien accueilli par la critique à sa sortie en 1994, CQFD raconte l'histoire de deux journalistes d'une station de radio, ressemblant étrangement à CKRL, qui découvrent l'existence d'une secte d'anglophones fanatiques qui veut terroriser les habitants de la ville de Québec.

• Parmi les centaines de gens qui sont passés devant les micros de CKRL depuis sa fondation, il faut mentionner l'historien Jean Provencher – un de ses tout premiers artisans, qui continuera de collaborer pendant des décennies – ainsi que l'humoriste François Pérusse, qui y sévit de 1976 à 1989.

• Radio-Canada a récupéré plusieurs collaborateurs de CKRL, dont Pierre Sormany, Eugénie Francoeur, Denis Bouvier ou encore Élizabeth Gagnon.

CKRL, une radio communautaire est née

Média : Radio

Émission : J'ai souvenir encore

Date de diffusion : 16 février 2003

Invité(s) : Denis Bouvier, Jean-Marc Chouinard, Jean-Louis Dubé, Elizabeth Gagnon, Bernard Gilbert, Denis Lelièvre, Sylvie Malaison, Jean Provencher, Florian Sauvageau

Ressource(s) : Jacques Lacoursière

Durée : 34 min 06 s

Dernière modification :
1er mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip