Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · Circonscrire la câblodistribution...

Circonscrire la câblodistribution...

Date de diffusion : 4 décembre 1969

À la fin des années 1960, l'essor des nouvelles technologies force à redéfinir le concept de radiodiffusion. La câblodistribution et l'usage prometteur des satellites la font peu à peu glisser vers le champ des communications.

Le 3 décembre 1969, le CRTC décide de refuser d'octroyer des licences aux câblodistributeurs qui utilisent les micro-ondes dans le but de capter des signaux en provenance des régions éloignées des États-Unis. La décision inquiète, comme le rapportent Mario Cardinal et Simon Durivage.

Au début des années 1960, la câblodistribution demeure un procédé marginal. Elle permet aux Canadiens des régions éloignées de capter la télévision, tandis qu'elle donne accès à une multitude d'émissions américaines à la population frontalière. Avant 1968, elle ne fait l'objet d'aucune réglementation. En effet, qui dit radiodiffusion dit ondes hertziennes. Or, la câblodistribution se fait par lignes terrestres. C'est donc sous le concept « d'entreprise de réception de radiodiffusion » que le fédéral parvient à l'intégrer dans la loi de 1968.

Tant que les câblodistributeurs échappent à toute réglementation, ils constituent une menace pour les radiodiffuseurs privés et publics. Offrant à leurs abonnés une programmation variée, souvent américaine, ils gagnent en popularité. Du coup, la multiplicité des canaux disponibles fragmente l'auditoire, mettant en danger la viabilité du système traditionnel de radiodiffusion canadien. En plaçant la câblodistribution sous sa juridiction en 1968, le gouvernement fédéral cherche donc à contrôler, voire orienter, son développement. C'est aussi toute la problématique du contenu canadien que soulève le CRTC avec sa décision du 3 décembre 1969.

Circonscrire la câblodistribution...

• Devant la poussée des nouvelles technologies, le gouvernement fédéral crée le ministère des Communications en 1969. Celui-ci doit notamment veiller à la mise en place d'une nouvelle infrastructure en matière de télécommunications et gérer les aspects techniques de la radiodiffusion. La même année, le Québec, qui poursuit sa lutte pour le contrôle de la radiodiffusion sur son territoire, crée lui aussi son ministère des Communications.

• La câblodistribution compte au nombre des compétences que Québec conteste à Ottawa dans les années 1970. En 1973, le gouvernement Bourassa tente de la faire passer dans son champ de compétence en mettant sur pied la Régie des services publics du Québec. Pendant quatre ans, les câblodistributeurs doivent rendre des comptes à Québec et à Ottawa. En 1977, la Cour suprême du Canada déboute le Québec. Le câble sera, lui aussi, de compétence fédérale.

• Le 1er septembre 1969, le gouvernement fédéral adopte la loi créant la société Télésat Canada. La société a pour mandat l'exploitation d'un système commercial pan-canadien de télécommunications par satellite. La création de Télésat fait du Canada une figure de proue dans le domaine des communications intérieures. En 1972, la société lance Anik A1, le premier satellite de télécommunications nationales sur orbite géostationnaire opéré par une entreprise commerciale.

Circonscrire la câblodistribution...

Média : Radio

Émission : Présent 2e édition nationale

Date de diffusion : 4 décembre 1969

Invité(s) : Pierre Juneau

Ressource(s) : Mario Cardinal, Simon Durivage, Jean Paré

Durée : 12 min 56 s

Dernière modification :
30 août 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Radiodiffusion : de commissions en comités...
Télévision
9 min 28 s
Commissions et comités ont étudié le système canadien de radiodiffusion et collaboré à son élaboration par le biais de leurs recommandations.
La commission Massey à l'ère de la télévision
Radio
13 min 49 s
Un an avant la naissance de la télévision canadienne en 1952, la commission Massey dépose son rapport.