Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · La commission Massey à l'ère de la télévision

La commission Massey à l'ère de la télévision

Date de diffusion : 11 juin 1951

À la fin des années 1940, l'essor de la technologie télévisuelle est sur le point de bouleverser le paysage médiatique canadien, comme l'avait fait la radio au cours des années 1920. C'est là l'une des raisons de la création de la Commission royale d'enquête sur l'avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada en 1949.

Dans un discours prononcé au lendemain du dépôt du rapport de la commission, en juin 1951, son président Vincent Massey lance un vibrant appel à l'unité nationale et au développement d'une culture canadienne.

La commission Massey réaffirme le caractère national et public de la radiodiffusion. Dans la foulée, elle recommande de donner la prééminence à un service de télévision placé sous l'égide de la Société Radio-Canada (SRC), qui mettrait à contribution le secteur privé afin d'assurer le rayonnement de sa programmation. De plus, elle rappelle que la SRC doit continuer d'assumer le rôle de principal diffuseur et de législateur qui lui incombe depuis sa création. Mais ce double règne tire à sa fin.

Depuis les années 1930, la radio privée est parvenue à poursuivre son expansion malgré l'hégémonie du réseau national. Parallèlement, l'émergence de la télévision au début des années 1950 suscite un vif intérêt de la part du secteur privé. Pour nombre d'acteurs du milieu, la double fonction de législateur et de diffuseur de leur principal concurrent, la SRC, place celle-ci en conflit d'intérêts. Le mécontentement gronde. La tenue d'une nouvelle commission devient impérative. En 1955, le gouvernement crée la Commission royale sur la radio et la télévision, aussi appelée commission Fowler.

La commission Massey à l'ère de la télévision

• La commission Massey trace un portrait exhaustif de la culture et de ses institutions dans le Canada du milieu du XXe siècle. Outre la radiodiffusion, elle s'est penchée sur la situation des arts, de la musique, du cinéma, du théâtre, de la littérature ainsi que des sciences. La qualité de ses travaux est largement reconnue. Elle a contribué à la création de la Bibliothèque nationale du Canada en 1953 et a été l'instigatrice du Conseil des arts du Canada, créé en 1957.

• Les diffuseurs privés réagissent très mal au rapport de la commission Massey. La puissante Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR), qui regroupe la majorité d'entre eux, mène alors une campagne de sensibilisation auprès du public et exerce de fortes pressions sur le gouvernement fédéral. L'objectif, qu'elle atteint enfin après des années de contestations : convaincre que le double rôle assumé par la SRC place celle-ci en conflit d'intérêts.

• Sous la règne législatif de la SRC, un seul permis d'exploitation de télévision peut être délivré par grande ville ou par région, tant que ne sera pas complété un réseau national de télévision. Cette pratique élimine, pour l'heure, tout risque de concurrence.

• De 1936 à 1958, le Bureau des gouverneurs de Radio-Canada fait office d'organisme de réglementation. Il définit les politiques de la société d'État et réglemente le secteur privé.

La commission Massey à l'ère de la télévision

Média : Radio

Émission : Vincent Massey

Date de diffusion : 11 juin 1951

Invité(s) : Vincent Massey

Durée : 13 min 49 s

Audition difficile, ajustez le volume

Dernière modification :
6 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Radiodiffusion : de commissions en comités...
Télévision
9 min 28 s
Commissions et comités ont étudié le système canadien de radiodiffusion et collaboré à son élaboration par le biais de leurs recommandations.
Fowler... deux fois <br>plutôt qu'une!
Radio
6 min 26 s
En moins de dix ans, Robert Fowler préside deux enquêtes sur la situation de la radiodiffusion canadienne.