Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · Roger Fournier, l'écriture comme exutoire

Roger Fournier, l'écriture comme exutoire

Date de diffusion : 5 septembre 1966

Lauréat du prix du Gouverneur général et du prix Québec-Paris en 1982 pour son roman Le Cercle des arènes, Roger Fournier a pourtant été décrié par de nombreux critiques québécois. Il confiait d'ailleurs à ce sujet : «À force de me faire dire que j'écrivais de la merde, j'ai failli le croire.» (La Presse, 15 novembre 1992.) Ses romans mêlent érotisme, à la limite de la pornographie diront certains, violence, mythologie et invraisemblance.

Dans cette entrevue qu'il accorde en septembre 1966 à Des livres et des hommes, l'écrivain, qui considère que « la littérature est une entreprise de séduction », parle de ses trois premiers romans, Inutile et agréable, À nous deux et Les Filles à Mounne. Il traite des thèmes qu'il y aborde et des raisons qui l'ont mené à l'écriture.

Roger Fournier, l'écriture comme exutoire

• Roger Fournier est né le 22 octobre 1929 à Saint-Anaclet près de Rimouski, au Québec. Il est le sixième d'une famille de 18 enfants. Écrivain, scénariste et cinéaste, il a aussi travaillé comme réalisateur pour Radio-Canada de 1954 à 1986, puis comme réalisateur pigiste.

• En 2008, son œuvre compte près d'une vingtaine de romans, dont La Marche des grands cocus (1973), Moi, mon corps, mon âme, etc. (1974), Pour l'amour de Sawinne (1984), Chair Satan (1989), Gaïagyne (1994) et Les Miroirs de mes nuits (2000). Lauréat du prix Louis-Barthon de l'Académie française pour son roman Les Cornes sacrées (1977), il a aussi reçu le prix Arthur-Buies en 1980 pour l'ensemble de son œuvre.

• En février 1994, il confiait à la journaliste Lucie Côté du quotidien La Presse : « Je trouve que la vraisemblance n'a rien à voir avec la vérité, je l'ai dit souvent. Il y a plus de vérité dans la mythologie, qui est invraisemblable, que dans la vie quotidienne, où on est faux. » Et il ajoutait : « Écrire m'empêche de virer fou. Mettre en forme toutes les folies qui partent de l'inconscient et qui montent à la tête, c'est un travail bénéfique, qui me rend heureux. »

Roger Fournier, l'écriture comme exutoire

Média : Radio

Émission : Des livres et des hommes

Date de diffusion : 5 septembre 1966

Invité(s) : Roger Fournier

Ressource(s) : Jean Paré, Gilles Marcotte, Nicole Deschamps

Durée : 30 min 38 s

Dernière modification :
4 août 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Homme rapaillé
Radio
12 min 21 s
La publication en 1970 de L'Homme rapaillé fait date dans l'histoire de la poésie québécoise.
De la littérature canadienne-française
Radio
30 min 07 s
20 septembre 1966
Les éditeurs Pierre Tisseyre et Jacques Hébert parlent de la situation de l'édition et de la littérature dans le Québec des années 1960.