Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Médias · Lise Bissonnette, directrice du « Devoir »

Lise Bissonnette, directrice du « Devoir »

Date de diffusion : 19 juin 1990

Quelques jours après sa nomination à la direction du Devoir, Lise Bissonnette s'entretient avec Michel Désautels. Déterminée à relancer le journal qui se trouve alors dans une situation financière extrêmement précaire, avec un déficit de 1,5 million de dollars, Lise Bissonnette est convaincue que « le public a un devoir vis-à-vis de ce journal ». Selon elle, Le Devoir doit redevenir un journal d'opinions marquées et participer aux réflexions sur l'avenir du Québec.

La directrice tient parole. Au cours de son mandat, elle accomplit une révision de la présentation et du contenu du journal et redresse la situation financière du quotidien. Le Devoir se distingue par une position éditoriale ouvertement nationaliste. Lors du référendum de 1995, Lise Bissonnette et son équipe prennent position en faveur du « oui ». Le Devoir est alors le seul quotidien au Canada à appuyer le projet de souveraineté du Québec.

Née à Rouyn en 1945, Lise Bissonnette étudie en pédagogie et en sciences de l'éducation à l'Université de Montréal. Elle entame par la suite des études doctorales en France, à l'université de Strasbourg et à l'École pratique des hautes études de Paris.

Lise Bissonnette entre au Devoir en 1974 comme chroniqueuse en éducation. Correspondante parlementaire à Québec puis à Ottawa, elle est promue éditorialiste, avant de devenir rédactrice en chef en 1981, poste qu'elle occupe jusqu'en 1985. En 1986, elle quitte le journal à la suite d'un différend avec son directeur, Benoît Lauzière. Elle travaille alors comme journaliste indépendante, signant des chroniques dans divers journaux et magazines dont L'Actualité et The Globe and Mail.

Lise Bissonnette, directrice du « Devoir »

• Lorsqu'elle commence sa carrière au Devoir en 1974, Lise Bissonnette estimait alors avoir atteint, à 29 ans, « le sommet indépassable » de ses rêves. « Même en assumant la direction du journal, seize ans plus tard, je n'ai pas éprouvé de joie aussi forte », raconte-t-elle dans l'ouvrage Écrire des lettres et des saisons, publié en 2001 aux éditions Trois-Pistoles.

• En 1996, Lise Bissonnette est intronisée au Panthéon du journalisme canadien, institution fondée en 1965 par le Toronto Press Club. Elle rejoint plusieurs artisans du Devoir, dont le fondateur du quotidien, Henri Bourassa.

• La journaliste détient cinq doctorats honorifiques. Elle a également été nommée officier de l'Ordre national du Québec en 1998. En 2003, elle entreprend une thèse de doctorat en lettres à l'UQAM sur Maurice Sand, le frère de son idole, George Sand.

• Auteure d'un recueil de chroniques intitulé La Passion du présent (1987), Lise Bissonnette a également publié trois romans : Marie suivait l'été (1992), Choses crues (1995), Un lieu approprié (2001), et un recueil de nouvelles : Quittes et Doubles. Scènes de réciprocité (1997).

• Le 10 février 1996, Lise Bissonnette signait une chronique dans Le Devoir qui se voulait un véritable plaidoyer pour une grande bibliothèque.

• Après huit ans à la direction du Devoir, Lise Bissonnette est nommée présidente-directrice générale de la Grande Bibliothèque du Québec, le 5 août 1998. La bibliothèque a fusionné avec la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) en 2002 et a ouvert ses portes le 30 avril 2005.

Lise Bissonnette, directrice du « Devoir »

Média : Radio

Émission : Ici comme ailleurs

Date de diffusion : 19 juin 1990

Invité(s) : Lise Bissonnette

Ressource(s) : Michel Désautels

Durée : 13 min 26 s

Dernière modification :
26 novembre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Le livre <i>Gilles Villeneuve</i> de Gerald Donaldson
Radio
8 min 37 s
Le journaliste Gerald Donaldson publie une biographie du célèbre coureur de formule 1.
La plus grande des peines
Radio
16 min 01 s
Dans les jours qui suivent la tuerie de Polytechnique, hommes et femmes prennent conscience de l'horreur.