Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Littérature · Son éminence de la Grande corne

Son éminence de la Grande corne

Date de diffusion : 8 novembre 1963

Au moment de la fondation du Parti rhinocéros à l'automne 1963, Jacques Ferron, éminence de la Grande Corne, s'entretient avec Pierre Paquette et Réginald Martel.

Parti de « guérilla idéologique », dira Ferron, le Parti rhinocéros utilise les armes de la parodie et de l'ironie afin de ridiculiser le fédéralisme canadien et le « cirque politique ». Cette dérision se reflète dans cette entrevue qui prend une tournure surréaliste. Les journalistes se prêtent au jeu de Ferron qui adopte un ton de pince-sans-rire pour exposer le programme du parti.

Idiot, peureux et ridicule, le rhinocéros est choisi comme emblème du parti puisqu'il reflète l'image du député fédéral vilipendé par Ferron.

L'éminence de la Grande Corne suggère de solutionner le problème des travaux publics en faisant circuler des rhinocéros sur roulettes de l'Atlantique au Pacifique, référence satirique au chemin de fer, projet des pères de la Confédération en 1867. La devise du parti est d'ailleurs D'une mare à l'autre, écho parodique de la devise du Canada.

Polémiste dans l'âme, Jacques Ferron adresse régulièrement des lettres ouvertes aux journaux. De 1948 à 1982, près de deux cents de ses textes paraissent dans les colonnes réservées aux lettres des lecteurs. En 1975, de nombreux textes sont rassemblés dans les Escarmouches.

L'écrivain décoche des pointes satiriques, attaquant au passage médecins et politiciens, ses cibles favorites. Fervent défenseur de la justice sociale, Ferron accuse ces derniers de négliger les petites gens. Ses lettres sur la crise d'Octobre dénoncent en particulier la vaste campagne de « terrorisation sociale visant à détruire les aspirations du Québec ».

Son éminence de la Grande corne

• Les fondateurs du Parti rhinocéros se seraient inspirés des citoyens de Sao Paulo, au Brésil, qui, dégoûtés de leurs représentants, avaient fini par élire l'hippopotame de leur zoo.

• Outre le Rhinocéros, Jacques Ferron milite dans plusieurs partis politiques. Lors des élections fédérales de 1957, il organise la campagne de Michel Chartrand, candidat du Parti social-démocrate dans Longueuil.

• Ferron est lui-même candidat du Parti social-démocrate dans la circonscription de Longueuil aux élections fédérales du 31 mars 1958. En 1966, lors des élections provinciales, il est candidat défait du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN), dans la circonscription de Taillon.

• Lors des élections générales de 1972, le Parti rhinocéros présente 12 candidats, dont Jacques Ferron dans Montréal-Hochelaga. Raoul Duguay, Gaston Miron et Louisette Dussault comptent parmi les candidats du parti qui récolte plus de 10 000 votes le jour du scrutin.

• Le 18 septembre 1972, Ferron lance officiellement la campagne du parti, « le grand safari électoral », au Parc Safari de Hemmingford.

Son éminence de la Grande corne

Média : Radio

Émission : Partage du jour

Date de diffusion : 8 novembre 1963

Invité(s) : Jacques Ferron

Ressource(s) : Réginald Martel, Pierre Paquette

Durée : 11 min 10 s

Dernière modification :
15 avril 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Comment utiliser le drapeau
Radio
6 min 09 s
Un drapeau national devrait être hissé rapidement et descendu lentement, avec respect.
Pas de première pour « La terre à boire »
Radio
13 min 17 s
Le jour de la première du film de Jean-Paul Bernier, le Bureau de censure décide que le film ne peut être projeté au Québec. Les artisans sont sous le choc.