Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Humour · Le salaire du rire

Période : 1969 - 1993

Le salaire du rire

Ce qui est devenu une des industries les plus lucratives a commencé par du théâtre burlesque avec, entre autres, Olivier Guimond et Rose Ouellette. Les années 1960 ont vu éclore une nouvelle vague d'humoristes engagés tels que les Cyniques. En 1970, les monologuistes – Clémence DesRochers, Sol, Yvon Deschamps – arrivent en force. Dans les années 1980, l'humour devient une véritable industrie.

Photo à la une : Jean-Michel Anctil en spectacle pendant le Festival Juste pour rire

icone_tv
7 clips télé
icone_micro
6 clips radio

Cyniques et vulgaires?

Date de diffusion : 20 avril 1971

Dans les années 1960, une nouvelle génération d'humoristes prend le devant de la scène. Plus politisés que leurs aînés, ces jeunes gens vivent leur « révolution tranquille du rire ». On pense notamment aux Cyniques, dont René Homier-Roy critique un des spectacles dans cet extrait radiophonique ou encore à Yvon Deschamps, dont les monologues sur les femmes, les syndiqués et les Noirs ont provoqué de vives réactions.

Les Cyniques transforment complètement la façon de rire des Québécois. Leur humour politisé, bête et méchant, ouvre la voie à la prochaine génération : Paul et Paul, qui deviennent ensuite Ding et Dong, deux personnages qui donnent naissance à la très populaire série télévisée La Petite Vie. Autres émules de Paul et Paul, les Rock et Belles oreilles feront fureur au Québec dans les années 1980.

Cyniques et vulgaires?

• Pendant une dizaine d'année, les Cyniques ont sévi. Composé de Marc Laurendeau, Serge Grenier, Marcel Saint-Germain et André Dubois, le groupe attaque de front la religion, les politiciens et tout ce qui touche au pouvoir.

• Après la séparation des Cyniques, Marc Laurendeau se tourne vers le journalisme, Marcel Saint-Germain devient directeur de la publicité chez Bell, alors que Serge Grenier et André Dubois continuent de frayer dans les coulisses de l'humour comme auteurs, réalisateurs ou producteurs.

• Né le 31 juillet 1935 à Montréal, Yvon Deschamps entre à Radio-Canada à titre d'ouvrier à la discothèque en 1953. Il y découvre le théâtre et décide de prendre des cours avec François Rozet et Paul Buissonneau. Il sera des premières années du Théâtre de Quat'Sous. Présenté dans le cadre de l'Osstidcho en 1968, Les unions, qu'ossa donne? le dévoile comme véritable monologuiste.

• Parmi les humoristes à la mode dans les années 1960-1970, il faut compter avec l'imitateur et fantaisiste, Claude Landré. Il participe à de nombreuses émissions de variétés à Radio-Canada; il a animé vers la fin des années 1960 l'émission Zoom en liberté ainsi que quelques Bye-Bye.

• Né Raymond-Pascal Chouinard, Jacques Normand commence sa carrière à la radio. Il anime, entre autres, pendant onze ans l'émission Les Couche-Tard, d'abord avec Roger Baulu puis Claude Landré.

Cyniques et vulgaires?

Média : Télévision

Émission : Les 2 D

Date de diffusion : 20 avril 1971

Ressource(s) : René Homier-Roy

Durée : 3 min

Audio d'une émission de télévision

Dernière modification :
6 juin 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
13 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Olivier Guimond, aimé de tous
Radio
6 min 48 s
29 novembre 1971
En novembre 1971 disparaît celui que le Québec estime être son plus grand comique, Olivier Guimond.
Clémence : « La scène, c'est ma vie »
Télévision
14 min 37 s
À la fois drôle et touchante, l'humoriste Clémence DesRochers a surtout pris la parole pour les femmes, dont elle a accompagné l'évolution.