Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Cinéma · La vraie nature de Gilles Carle

Période : 1964 - 2003

La vraie nature de Gilles Carle

Le plus prolifique des cinéastes québécois est aussi un des réalisateurs les plus marquants, un des pionniers du cinéma de fiction au Québec. Du documentaire à la fiction en passant par la publicité, Gilles Carle touche à tous les genres cinématographiques. Il passe avec la même aisance du cinéma d'auteur intimiste à la superproduction, offrant au public une mosaïque de personnages colorés et vibrants de vérité.

icone_tv
5 clips télé
icone_micro
11 clips radio

Combattre la maladie

Date de diffusion : 10 mars 2003

En 1994, le diagnostic tombe comme un couperet : Gilles Carle est atteint de la maladie de Parkinson. Il ne se laisse pas abattre et signe encore plusieurs œuvres, dont le long métrage Pudding chômeur, des documentaires et même une série télévisée. Toutefois, l'état de santé du cinéaste se détériore et requiert des soins constants à domicile qui sont subventionnés en partie seulement par le gouvernement. La chanteuse Chloé Sainte-Marie, sa conjointe depuis 21 ans, l'accompagne dans cette lutte. Comme l'illustre ce reportage, la chanteuse, outrée, dénonce cette situation et monte aux barricades.

Selon Chloé Sainte-Marie, Gilles Carle devrait recevoir une rente viagère de la part de l'État en contrepartie de l'héritage culturel qu'il laisse à la société québécoise. Le gouvernement québécois offre finalement la somme de 100 000 $ pour la publication des scénarios du cinéaste. Porte-parole de la Société Parkinson, Chloé Sainte-Marie estime que le gouvernement ne soutient pas adéquatement le choix des malades de bénéficier de soins à domicile en offrant une aide financière plus substantielle aux familles.

Combattre la maladie

• Chloé Sainte-Marie, de son vrai nom Marie-Aline Joyal, commence sa carrière en 1985 comme actrice dans les films de Gilles Carle, son conjoint. Elle joue dans La Guêpe, échec le plus cuisant du cinéaste, La Postière et Pudding chômeur.

• Elle se lance dans la chanson au milieu des années 1990 et réalise un premier album. Son second album, Je pleure, tu pleures, qui sort en 1999 reçoit un accueil chaleureux du public et de la critique qui l'a longtemps boudée. Chloé y interprète des textes poétiques de Gilles Carle, Willie Lamothe mais aussi de Gaston Miron, dont le vers Je marche à toi lui donne le titre de son dernier album, lancé en 2002.

• En 1998, Gilles Carle sort une « autofilmographie », posant un regard amusé et tendre mais jamais complaisant sur sa vie et son œuvre. Dans ce film qui a pour titre Moi, j'me fais mon cinéma, Carle se raconte, évoquant son enfance, les femmes qui ont marqué sa vie, les acteurs qui l'ont inspiré, les films qu'il a tournés. Produit par l'ONF, le documentaire illustre combien la vie et l'œuvre du cinéaste sont intimement reliées. Ses influences, ses fantasmes, ses amours se traduisent en images qui crèvent l'écran.

• Charles Binamé, réalisateur du film Eldorado et plus récemment d'Un homme et son péché, tourne au cours de l'été 2004 un documentaire sur Gilles Carle, dans la maison de ce dernier située sur l'île Verte, dans le Bas-Saint-Laurent. Le film Gilles Carle ou l'indomptable imaginaire s'inspire du dernier scénario de Carle, largement autobiographique, intitulé Mona McGill… et son vieux père malade.

Combattre la maladie

Média : Télévision

Émission : Montréal ce soir

Date de diffusion : 10 mars 2003

Invité(s) : Hervé Anctil, Chloé Sainte-Marie

Ressource(s) : Daniel Carrière

Durée : 3 min 33 s

Dernière modification :
4 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
« Je m'appelle Claude Jutra »
Radio
4 min 09 s
19 avril 1987
Le 19 avril 1987, le corps du cinéaste Claude Jutra est retrouvé sur les berges du fleuve Saint-Laurent.
« Le Déclin » séduit la Croisette
Télévision
4 min 42 s
19 mai 1986
Le Déclin de l'empire américain de Denys Arcand obtient le Prix de la critique internationale à Cannes.