Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Cinéma · L'intuition de sa propre fin

L'intuition de sa propre fin

Date de diffusion : 24 avril 1987

Lorsque Claude Jutra disparaît en novembre 1986, à l'âge de 56 ans, les rumeurs les plus folles circulent, mais ses proches se doutent bien qu'ils ne le reverront jamais. Avant de disparaître, il a mis de l'ordre dans ses affaires et laissé un mot dans lequel il demande que l'on s'occupe de ses chats.

Le scénario le plus plausible est qu'il s'est rendu à pied jusqu'au pont Jacques-Cartier et qu'il a sauté dans les eaux glacées du fleuve Saint-Laurent. Le 23 avril 1987, la Sûreté du Québec confirme que le corps repêché dans le fleuve trois jours plus tôt à la hauteur de Cap-Santé est bel et bien celui du cinéaste.

À la fin du mois d'octobre 1986, il écrit dans son carnet : « J'ai toujours été aimé depuis ma naissance jusqu'à maintenant. J'ai souvent cru que je ne le méritais pas. Maintenant, je vais faire pleurer tout ce beau monde. Je me détache de vous sans le vouloir, mais je suis content de partir en sachant ce que je fais. Vous comprenez que c'est pour vous que je le fais. Il y aura un moment atroce… mais personne n'y échappe. Maintenant, c'est mon tour. (…) »

Au-delà de sa maladie et de sa fin dramatique, c'est de l'homme de cinéma qu'il faut se souvenir. Fut-il le père du cinéma québécois, comme l'ont dit certains, ou un cinéaste en avance sur son temps et incompris? Un seul de ses films, Mon oncle Antoine, a connu un succès tant auprès de la critique que du public et de ses pairs. Mais son influence sur le cinéma québécois et canadien est indéniable.

L'intuition de sa propre fin

• En 1990, l'Union des écrivains du Québec achète la maison de Claude Jutra, au 3492, rue Laval, et en fait la Maison des écrivains, lieu de rencontres, de création et de réflexion pour gens de lettres.

• Il existe une salle Claude-Jutra à la Cinémathèque québécoise et une Fondation Claude-Jutra dont les bourses servent à financer les études en cinéma à l'Institut national du son et de l'image, à Montréal.

• S'il ne fait pas de film engagé sur l'indépendance du Québec, comme son ami et complice Michel Brault avec Les ordres, Claude Jutra est nationaliste. Il refusera d'ailleurs le titre d'officier de l'Ordre du Canada en 1972 pour cette raison. Son exil au Canada anglais n'en sera que plus difficile pour le cinéaste.

L'intuition de sa propre fin

Média : Radio

Émission : Présent édition nationale

Date de diffusion : 24 avril 1987

Invité(s) : Michel Brault, Claude Jutra

Ressource(s) : Dominique Payette, Louis Martin

Durée : 6 min 28 s

Dernière modification :
12 janvier 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Un cinéaste à Paris
Télévision
3 min
Parti pour quelques semaines à Paris, Claude Jutra y rencontre François Truffaut et tourne Anna la bonne.
S'exprimer avec les images et les sons
Radio
5 min 19 s
Claude Jutra refuse de se cantonner dans un genre cinématographique. Il manie le cinéma vérité autant que la fiction.