Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Arts visuels · Les murales de Rita Letendre

Les murales de Rita Letendre

Date de diffusion : 28 novembre 1972

En 1950, Rita Letendre abandonne l'École des beaux-arts et se consacre à la peinture abstraite. Elle expose en solo au début des années 1960 et est qualifiée par les critiques de « peintre de choc de sa génération ». Au cours d'un séjour en Europe, elle rencontre le sculpteur juif Kosso Eloul qui devient son compagnon en 1964. Le couple s'installe en Californie où il vit pendant cinq ans. Letendre réalise alors sa première murale pour le California State College de Long Beach. Cette immense fresque intitulée Sunforce (1965) marque un point tournant dans sa production.

En 1972, Rita Letendre est de passage à Montréal à l'occasion d'une exposition de ses toiles de grand format au Musée d'art contemporain.

Après 1965, la flèche devient le thème de prédilection de Rita Letendre. Une flèche traverse l'espace de ses tableaux, « un peu comme si on avait photographié le parcours d'une comète et qu'on en avait attrapé une petite fraction pendant une seconde ou deux », dira-t-elle. Sa manière de travailler relève alors du mouvement hard edge. Elle troque la spatule pour l'aérographe. Le fusil à air lui permet de pulvériser la couleur sous la forme de faisceaux lumineux.

En 1969, Rita Letendre et Kosso Eloul déménagent à Toronto où ils vivront jusqu'au décès du sculpteur en 1995.

Dans les années 1970, les commandes de murales affluent : Letendre réalise plusieurs œuvres monumentales pour divers édifices de Toronto. Son art est reconnu à travers le monde, elle expose régulièrement à Montréal, Toronto, New York, mais aussi en Europe, en Israël.

En 2004, Rita Letendre revient s'établir au Québec, après quarante ans d'absence. Âgée de 75 ans, elle peint des pastels et des aquarelles dans sa nouvelle maison-atelier de Longueuil. Elle envisage de se remettre bientôt à la peinture à l'huile. Elle confie au site des Archives : « Chaque jour, c'est un nouveau défi. En peignant, on crée des univers qu'on découvre par la suite… C'est une vie merveilleuse. »

Les murales de Rita Letendre

• Inventé par le critique d'art américain Jules Langsner dans les années 1950, le terme hard edge décrit un type de peinture prônant le retour à des formes géométriques aux contours « tranchants » peintes en aplat, qui contrastent avec le lyrisme de l'expressionnisme abstrait.

• En septembre 1977, la station de métro Glencairn à Toronto est inaugurée. Un puits de lumière en plexiglas coloré, œuvre de Rita Letendre, illumine la station. Cette pièce longue de 54 mètres est intitulée Joy. Produite à la demande de la Toronto Transit Commission, l'œuvre est aujourd'hui détruite.

• En 2002, Rita Letendre offre 101 œuvres jalonnant les diverses périodes de sa production en don au Musée national des beaux-arts du Québec qui devient le principal dépositaire du corpus de l'artiste. L'institution reconnaît ainsi la contribution majeure de Letendre à l'histoire de la peinture québécoise et canadienne.

• L'exposition Rita Letendre. Aux couleurs du jour organisée en 2003 par le Musée du Québec présente 26 œuvres de l'artiste qui s'échelonnent de 1954 à 2000.

• Originaire de l'URSS, Kosso Eloul entreprend des études à Tel Aviv en 1938 et les poursuit à l'Art Institute de Chicago. En 1959, il représente Israël à la 29e Biennale de Venise. Il donne une série de conférences internationales sur la sculpture dans les années 1960 et s'établit à Toronto en 1969 avec Rita Letendre. Ses sculptures monumentales en aluminium ou en acier inoxydable poli ornent les places publiques de plusieurs villes canadiennes.

Les murales de Rita Letendre

Média : Radio

Émission : L' Art aujourd'hui

Date de diffusion : 28 novembre 1972

Invité(s) : Rita Letendre

Ressource(s) : André Vigeant, Laurent Lamy

Durée : 22 min 55 s

Image : Sunrise de Rita Letendre, résidence étudiante du Neil-Wycik College, Toronto 1971.

Dernière modification :
26 novembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Présence des femmes dans l'art
Radio
8 min 33 s
Si la formation en arts visuels est accessible aux femmes, peu d'entre elles deviennent peintres ou sculpteures professionnelles.
Marcelle Ferron, peintre
Télévision
26 min 49 s
Signataire du Refus global, Marcelle Ferron se joint au groupe automatiste qui gravite autour de Paul-Émile Borduas.