Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Arts visuels · Le prix Borduas à une femme

Le prix Borduas à une femme

Date de diffusion : 12 octobre 1983

En 1983, pour la première fois, le prix Paul-Émile-Borduas est attribué à une femme. C'est à Marcelle Ferron que revient cet honneur. Au lendemain de la cérémonie, la lauréate explique l'importance que revêt pour elle le prix Borduas, nommé à la mémoire de son maître, celui qui lui a appris à « lire la peinture ».

L'artiste commente également son travail de maître-verrier. Pour elle, cette intégration de l'art dans l'architecture comporte une dimension sociale fondamentale. En quittant le cercle étroit des galeries d'art en 1966, elle choisit de se consacrer à l'art public pour toucher les gens dans la rue.

En 1968, Marcelle Ferron réalise la verrière monumentale de la station de métro Champ-de-Mars. Intitulée Les grandes formes qui dansent, la verrière demeure l'une des œuvres les plus connues de l'artiste. Les commandes s'enchaînent par la suite, elle se consacre à divers projets, notamment pour le palais de justice d'Amos en 1975 puis celui de Val d'Or en 1976 et de Granby en 1979.

Durant cette période, Marcelle Ferron enseigne également l'architecture et l'art à l'Université Laval. Elle effectue un retour à la peinture au début des années 1980 et continue d'exposer.

Le prix Borduas à une femme

• Marcelle Ferron raconte qu'un des témoignages les plus touchants de sa carrière lui est venu d'une femme de ménage qui lui avait dit : « Je prends toujours votre métro. Qu'il pleuve, qu'il fasse beau, ces grandes formes qui dansent me font toujours chaud au cœur. »

• En 1980, Marcelle Ferron réalise une sculpture monumentale pour la station de métro Vendôme. Cette installation se présente sous la forme d'un hamac en tuyaux d'acier, qui s'interpose entre la passerelle et les rails afin de prévenir les suicides.

• L'engagement social de Marcelle Ferron se traduit dans plusieurs domaines. Militante indépendantiste, socialiste dans l'âme, féministe avant l'heure, l'artiste se prononce avec sa verve habituelle sur les grandes questions sociales et politiques.

• L'artiste participe à des expositions pour la cause des femmes, notamment Actuelles (1983) et offre ses tableaux pour l'expo-vente Les femmeuses, dont les profits vont à un centre d'hébergement pour femmes violentées. Elle enseigne aussi la peinture aux malades mentaux et aux prisonniers.

Le prix Borduas à une femme

Média : Radio

Émission : Les Belles Heures

Date de diffusion : 12 octobre 1983

Invité(s) : Marcelle Ferron

Ressource(s) : Cécile Rodrigue

Durée : 11 min 50 s

Dernière modification :
4 octobre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Présence des femmes dans l'art
Radio
8 min 33 s
Si la formation en arts visuels est accessible aux femmes, peu d'entre elles deviennent peintres ou sculpteures professionnelles.
Marcelle Ferron, peintre
Télévision
26 min 49 s
Signataire du Refus global, Marcelle Ferron se joint au groupe automatiste qui gravite autour de Paul-Émile Borduas.