Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Arts visuels · Alfred Pellan et le manifeste Prisme d'yeux

Alfred Pellan et le manifeste Prisme d’yeux

Date de diffusion : 2 février 1988

Le manifeste Prisme d'yeux a été lancé par le peintre Alfred Pellan le 4 février 1948, quelques mois avant la publication du manifeste Refus global de Paul-Émile Borduas. Il est le fait de quinze signataires qui dénonçaient la vision trop étroite des « automatistes » et a été rédigé par le peintre et entomologiste Jacques de Tonnancour.

À l'occasion du quarantième anniversaire de cet événement, Gilles Daignault rencontre Alfred Pellan pour l'émission Présence de l'art. Pellan raconte les circonstances entourant la sortie de ce texte que Refus global, plus radical, a relégué dans l'ombre.

Alfred Pellan et le manifeste Prisme d’yeux

• Outre Alfred Pellan et Jacques de Tonnancour, les signataires de Prisme d'yeux étaient Louis Archambault, Léon Bellefleur, Jean Benoit (Je Anonyme), Albert Dumouchel, Gabriel Filion, Pierre Garneau, Arthur Gladu, Lucien Morin, Mimi Parent, Jeanne Rhéaume, Goodridge Roberts, Roland Truchon et Gordon Webber.

• «  Aucune esthétique nouvelle, spéciale et spécialisante! affirment les auteurs du manifeste. Nous cherchons une peinture libérée de toute contingence de temps et de lieu, d'idéologie restrictive et conçue en dehors de toute ingérence littéraire, politique, philosophique ou autre qui pourrait adultérer l'expression et compromettre sa pureté. »

Alfred Pellan et le manifeste Prisme d’yeux

Média : Radio

Émission : Présence de l'art (radio)

Date de diffusion : 2 février 1988

Invité(s) : Alfred Pellan

Ressource(s) : Gilles Daigneault

Durée : 3 min 54 s

Dernière modification :
27 juillet 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Pellan contre Borduas
Radio
14 min 30 s
Comble de l'ironie, Alfred Pellan reçoit le prix Paul-Émile-Borduas en 1984.