Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Arts visuels · Le club des peintres du dimanche

Le club des peintres du dimanche

Date de diffusion : 25 janvier 1954

Dans les coulisses de Radio-Canada, Judith Jasmin interroge trois artisans sur leur projet de créer un « club des peintres du dimanche ». L’idée, lancée par l’annonceur Miville Couture, séduit la commentatrice Marcelle Barthe et le réalisateur Pierre Petel, qui s’adonnent tous deux à la peinture. Selon Miville Couture, un club de peintres amateurs pourrait recruter au moins une vingtaine de membres parmi les artisans de Radio-Canada, notamment Benoît Lafleur, Henri Bergeron et Mimi d’Estée.

En fin de reportage, les trois invités expriment la grande satisfaction et la détente que leur procure ce passe-temps.

Le club des peintres du dimanche

• Marcelle Barthe commence sa carrière radiophonique en 1933. De 1945 à 1964, elle anime l’émission Lettre à une Canadienne à l’antenne de Radio-Canada.

• En 1944, Miville Couture devient annonceur en chef de Radio-Canada. De 1956 à 1967, il anime la populaire émission d’humour matinale Chez Miville.

• En plus de son intérêt pour la peinture, le réalisateur Pierre Petel était un grand amateur de vin. En 1971, il publie le livre Le Vin, un guide pratique destiné aux Canadiens.

Le club des peintres du dimanche

Média : Radio

Émission : Carrefour (radio)

Date de diffusion : 25 janvier 1954

Invité(s) : Marcelle Barthe, Miville Couture, Pierre Petel

Ressource(s) : Judith Jasmin

Durée : 14 min 28 s

Dernière modification :
29 août 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les syndiqués en route pour Québec
Radio
13 min 54 s
À la gare Windsor, René Lévesque assiste au départ pour Québec de quelques centaines d’ouvriers syndiqués.
La Société des éditeurs canadiens-français
Radio
13 min 33 s
À l’occasion de leur réunion annuelle, Pierre Savarin s’entretient avec quelques directeurs de maisons d’édition du Québec.