Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Arts et culture · Arts visuels · Corridart démantelé

Corridart démantelé

Date de diffusion : 22 juillet 1976

Organisée dans le cadre du programme culturel des Jeux olympiques, l'exposition Corridart présente 18 œuvres exposées sur ce qui devait être l'artère des Jeux olympiques, la rue Sherbrooke. On y retrouve des bannières, des murales, des affiches, des collages et des présentations audiovisuelles ayant pour thème l'espace urbain.

L'événement visuel est subventionné par le gouvernement du Québec. La ville fournit pour sa part une aide technique et sert de lien avec le Comité organisateur des Jeux olympiques (COJO).

L'exposition ne dure qu'une semaine, le maire de Montréal Jean Drapeau la faisant démanteler dans la nuit du 13 au 14 juillet 1976. Les œuvres de l'exposition – que le maire Drapeau appelle « une pollution visuelle » – sont soit entreposées dans des garages de la ville, soit carrément détruites.

Huit artistes lésés entament immédiatement des poursuites judiciaires contre le COJO et la Ville de Montréal. Ils réclament que leurs œuvres leurs soient restituées, menaçant d'une poursuite de 100 000 $ par personne, le cas échéant.

L'affaire Corridart traîne jusqu'en 1988. Douze ans après les événements, la Ville de Montréal conclut une entente à l'amiable avec les artistes. L'entente, qui survient le jour même où la cause doit être entendue devant la Cour d'appel du Québec, accorde un montant de 4000 $ à 5000 $ par artiste ainsi que les frais juridiques engagés par les artistes, pour un montant total de 80 000 $.

Corridart démantelé

• Les artistes de Corridart ont pourtant reçu un appui de taille, celui du ministre des Affaires culturelles de l'époque, Jean-Paul L'Allier. Depuis les années 1960, L'Allier participe activement à la vie politique québécoise. Ministre responsable de la Jeunesse, du Loisir et des Sports en 1970, de la Fonction publique de 1970 à 1972, des Communications de 1970 à 1975 et des Affaires culturelles en 1975 et en 1976, il est maire de la ville de Québec depuis 1989.

• Au nombre des artistes qui ont vu leurs œuvres disparaître de la rue Sherbrooke en 1976, on compte l'architecte montréalais Jean-Claude Marsan. Architecte, professeur, écrivain, urbaniste, chercheur, consultant, il s'implique depuis près de 30 ans dans la défense et la promotion du patrimoine urbain et architectural de Montréal.

• En juillet 2001, la galerie Leonard et Bina Ellen de l'Université Concordia, à Montréal, présente l'exposition Corridart, 25 ans plus tard. Organisée par Sandra Paikowski, elle rassemble des archives et les restes des œuvres de Corrid'Art, dont un photomontage de sept panneaux de Kevin et Bob McKenna, partiellement détruit pendant leur entreposage dans les garages municipaux.

Corridart démantelé

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 22 juillet 1976

Invité(s) : Kevin McKenna

Ressource(s) : Gilles Liboiron, Paul-Émile Tremblay

Durée : 2 min 30 s

Dernière modification :
13 février 2012


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les arts censurés au Canada français
Radio
27 min 10 s
La censure a existé de tout temps au Québec et au Canada. Cinéma, théâtre, littérature, art visuel, aucune expression artistique n'est épargnée.
Le cinéma passe aux ciseaux
Télévision
28 min 10 s
C'est, sans aucun doute, au cinéma que la censure existe de la façon la plus structurée et organisée, par le biais du Bureau de la censure.