Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Art de vivre · Loisirs · Une visite à la cabane à sucre

Une visite à la cabane à sucre

Date de diffusion : 30 mars 1987

Chaque printemps, des milliers de personnes se régalent des mets préparés dans les cabanes à sucre du Québec. Les repas, bien arrosés de sirop d'érable, se terminent le plus souvent par une dégustation de tire sur la neige.

En mars 1987, la journaliste Josée Blanchette s'est déplacée à la Sucrerie de la montagne, à Rigaud, où se pratique toujours une récolte traditionnelle d'eau d'érable. Cette cabane à sucre recrée l'atmosphère d'antan en servant des plats comme le jambon et l'omelette à l'érable.

Pour que la sève monte dans les érables au printemps, la température doit descendre au-dessous de zéro degré Celsius la nuit et remonter le jour.

De façon traditionnelle, l'eau d'érable est récoltée à l'aide de « goudrelles » insérées dans le tronc des arbres. Goutte à goutte, l'eau tombe dans des sceaux. Une fois récoltée, cette eau est bouillie jusqu'à devenir sirop. Le sirop peut être transformé en beurre par barattage ou, en prolongeant la cuisson, s'épaissir jusqu'à devenir de la tire, puis du sucre mou et du sucre dur.

Les repas traditionnels servis dans les cabanes à sucre s'inspirent des plats robustes qui rassasiaient autrefois les bûcherons canadiens-français. Le régal commence souvent par une soupe aux pois et quelques tranches de pain garnies de cretons. Ensuite viennent au choix le ragoût de boulettes, les grillades de lard salé (oreilles de crisse), les fèves au lard et le fameux jambon arrosé de sirop d'érable.

Pour dessert, les grands-pères dans le sirop, le pudding chômeur ou la tarte au sucre d'érable réussissent à satisfaire les plus gourmands.

Une visite à la cabane à sucre

• Les Amérindiens ont découvert l'eau d'érable. Ils entaillaient les érables afin d'en recueillir la sève dans un récipient d'écorce. Ils faisaient ensuite évaporer l'eau d'érable en y jetant des pierres incandescentes.

• Les temps ont changé et les producteurs acéricoles ont troqué leurs chevaux pour un système de tubulure relié à un évaporateur industriel.

• En 2001, le Québec détient environ 90 % du marché canadien des produits de l'érable, et 77 % du marché mondial. Les 10 000 producteurs acéricoles du Québec ont un chiffre d'affaires qui tourne autour de 100 millions de dollars.

• Le goût et la couleur du sirop d'érable varient selon le temps de cuisson de l'eau et le type de sol de l'érablière. Le sirop est classé en catégories : extraclair, clair, médium, ambré ou foncé.

• Pierre Faucher, propriétaire de la Sucrerie de la Montagne à Rigaud, est devenu un véritable ambassadeur des acériculteurs québécois. Les violons et les chansons à répondre qui animent sa cabane ont attiré des dizaines de milliers de touristes, venus du monde entier.

• Le sirop d'érable est formé de 35 % d'eau, 62 % de sucrose, 1 % de sucre inverti et 1 % d'acide malique.

• Les cabanes à sucre servent parfois un apéritif maison à base de whisky : le caribou.

Une visite à la cabane à sucre

Média : Télévision

Émission : Montréal ce soir

Date de diffusion : 30 mars 1987

Invité(s) : Pierre Faucher

Ressource(s) : Josée Blanchette

Durée : 2 min 31 s

Dernière modification :
19 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les bons p'tits plats d'antan
Télévision
12 min 29 s
Jehane Benoît décrit les recettes appétissantes des premiers Canadiens.
La poutine râpée acadienne
Radio
12 min 34 s
Consistante et granuleuse, la poutine râpée cache parfois un morceau de lard.