Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Art de vivre · Enfants · Le mea-culpa de Madame Banlieue

Le mea-culpa de Madame Banlieue

Date de diffusion : 11 octobre 1962

C’est sous la forme d’un mea culpa que se présente, cette fois, Madame Banlieue la chronique de Jeanne Dansereau. La journaliste a jugé de bon ton de s’expliquer et de répondre aux critiques adressées par certains auditeurs. Il lui est reproché de se plaindre souvent de la difficulté d’élever les enfants, d’être mère de famille, etc. La journaliste mentionne qu’elle, et ses amies, se permettent de formuler ces remarques parce qu’elles « sentent sous [leurs] pieds du terrain solide et qu’[elles prennent] pour acquis que tout le monde le sait ». Il est toujours implicite que les enfants sont adorables, les maris charmants, la maison confortable, mais…

Le mea-culpa de Madame Banlieue

• La chronique de Madame banlieue, diffusée à la radio de Radio-Canada, coïncide avec l’essor impressionnant des banlieues. Les sujets qui y sont abordés reflètent la réalité quotidienne des femmes qui y demeurent. Ils tentent de répondre à leurs interrogations et proposent des solutions à certaines de leurs préoccupations, telles que l’éducation des enfants, les tâches ménagères des jeunes mères de famille etc. Dans les années 1960, la chronique de Madame Banlieue est réalisée par Jeanne Dansereau et diffusée à l’émission Partage du matin.

Le mea-culpa de Madame Banlieue

Média : Radio

Émission : Partage du jour

Date de diffusion : 11 octobre 1962

Ressource(s) : Jeanne Dansereau, Wilfrid Lemoine

Durée : 3 min 30 s

Photo : d505052 10 19 52 09

Dernière modification :
15 décembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Comment utiliser le drapeau
Radio
6 min 09 s
Un drapeau national devrait être hissé rapidement et descendu lentement, avec respect.
Pas de première pour « La terre à boire »
Radio
13 min 17 s
Le jour de la première du film de Jean-Paul Bernier, le Bureau de censure décide que le film ne peut être projeté au Québec. Les artisans sont sous le choc.