Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Art de vivre · Enfants · Les mères trop patientes

Les mères trop patientes

Date de diffusion : 16 août 1962

Dans l’une de ses chroniques, madame banlieue s’interroge sur la trop grande liberté qu’accordent certaines mères à leurs enfants. Pour illustrer ce qu’elle appelle le « fléau des mères trop patientes », Jeanne Dansereau relate sa dernière sortie au cinéma avec quatre de ses enfants. Pendant plus de deux heures, les spectateurs ont été dérangés par les mille questions d’une petite fille à sa mère. Cette dernière n’a rien fait pour faire taire son enfant.

De cette expérience, madame banlieue retient que des enfants de mères trop permissives peuvent finir par déranger bien des gens, dans l’inconscience la plus totale.

Les mères trop patientes

• Fondée en 1921 en Allemagne par le pédagogue Alexander Sutherland Neill, l’école de Summerhill applique des principes pédagogiques basés sur la liberté. Située depuis 1927 dans le comté de Suffolk, en Angleterre, elle laisse les enfants libres d’assister ou non aux cours. Géré en partie par les enfants, l’établissement se targue de leur apprendre à devenir responsables en s’impliquant dans la vie communautaire.

• Le cinéma Loews du centre-ville où s’est rendu madame banlieue avec ses enfants se trouvait rue Sainte-Catherine, à Montréal.

Les mères trop patientes

Média : Radio

Émission : Partage du matin

Date de diffusion : 16 août 1962

Ressource(s) : Jeanne Dansereau

Durée : 4 min 10 s

Dernière modification :
10 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Gloire à la maternité
Télévision
5 min 16 s
Au cours des années 1950, l'accouchement se médicalise et de nouvelles formes de contraception apparaissent.
Préparer une fête pour enfants
Télévision
18 min 48 s
Une bonne mère de famille doit également savoir préparer une fête d'anniversaire pour ses enfants.