Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Art de vivre · Arts ménagers · Les religieuses forment les futures mariées

Les religieuses forment les futures mariées

Date de diffusion : 14 septembre 2003

Parmi les religieuses les plus reconnues pour leur travail dans l'enseignement de l'économie familiale, il faut compter Berthe Sansregret. Cette religieuse de la Congrégation de Notre-Dame, décédée le 8 septembre 2003 à l'âge de 91 ans, a notamment dirigé le département d'art culinaire de l'École des arts et métiers de Montréal de 1973 à 1993. Au cours des années 1970, elle anime une émission culinaire hebdomadaire à Télé-Métropole, aujourd'hui TVA. Elle publie plusieurs livres de recettes, dont quelques-uns portant sur le choix des produits et le budget familial.

Soeur Monique Chevrier, également de la Congrégation de Notre-Dame, a également joué un rôle important dans la formation en économie familiale. Sœur Monique a dirigé pendant 25 ans l'École d'art culinaire de l'Institut national des viandes. Accompagnée de soeur Berthe, elle a fait de nombreux stages aux États-Unis et en France. Elles reçurent d'ailleurs toutes les deux au même moment une maîtrise en art culinaire de l'École des métiers d'art en 1966. Sœur Monique a publié, entre autres, Les techniques de soeur Monique Chevrier.

Les religieuses forment les futures mariées

• Déjà sous le Régime français, les religieuses s'occupaient de l'éducation des filles. Les Ursulines de Québec, plus particulièrement, offraient une éducation de niveau primaire à celles-ci. Seuls les garçons bénéficiaient d'une éducation de type secondaire, offerte par les Jésuites.

• En 1882, les Ursulines ouvrent l'académie de jeunes filles de Roberval, où les jeunes filles apprennent les métiers de la terre.

• À partir de 1910, le Québec compte quatre grandes écoles ménagères, sous le contrôle du ministère de l'Agriculture. En 1937, on recense 16 écoles ménagères régionales de niveau secondaire, qui accueillent quelque 230 jeunes filles. Ces écoles proposent un programme qui valorise la vocation de la femme comme épouse et mère, comme le rappelle l'historienne Nicole Thivierge dans l'incontournable Maîtresses de maison, maîtresses d'école (Boréal Express, 1983).

• Le modèle d'éducation des jeunes filles se transforme avec la Révolution tranquille. Le gouvernement libéral de Jean Lesage ouvre une Commission royale d'enquête sur l'enseignement qui débouche en 1966 sur un rapport, le rapport Parent, qui recommande, entre autres, que l'enseignement ménager se fasse comme enseignement technique débouchant sur un métier.

Les religieuses forment les futures mariées

Média : Radio

Émission : Dimanche magazine

Date de diffusion : 14 septembre 2003

Invité(s) : Micheline Dumont, Liliane Laurendeau, Berthe Sansregret

Ressource(s) : Joane Arcand, Jacques Boulanger, Denise Faille, Gaston L'Heureux

Durée : 5 min 31 s

Dernière modification :
16 décembre 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Un an après le déluge du Saguenay
Radio
14 min 19 s
Un an après les inondations, les vestiges du déluge deviennent des attractions touristiques.
Saint-Jean-Vianney : 25 ans plus tard
Radio
20 min 03 s
D'anciens résidents de Saint-Jean-Vianney se rappellent la catastrophe qu'ils ont vécue au printemps 1971.