Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Art de vivre · Arts ménagers · L'économie familiale d'après-guerre

L'économie familiale d'après-guerre

Date de diffusion : 1er décembre 1944

Version radiophonique des annonces classées, la chronique aubaines de l'émission Courrier-confidences permettait aux ménagères québécoises de trouver à bas prix vêtements pour enfants ou appareils ménagers. Car, la Seconde Guerre mondiale terminée, la vie continue d'être difficile pour les Canadiens. Au Québec, au début des années 1940, la famille rurale n'est plus une réalité, la majorité de la population s'étant exilée vers les villes. Quatre-vingts pour cent de la population est locataire et une part importante de la classe ouvrière vit sous le seuil de pauvreté. Il faut donc beaucoup d'imagination pour joindre les deux bouts.

Le loyer et la nourriture gobent 75 % des revenus familiaux. Dans les grandes villes, les familles plus aisées quittent la ville pour la banlieue et leurs demeures sont transformées en petits appartements. La ménagère économe fait elle-même son savon, à base d'eau, de graisse, de caustique et de résine. Les années de rationnement et de pénurie durent jusqu'à la fin de la décennie 1940, malgré les allocations familiales que le gouvernement fédéral distribue aux mères à partir du 1er juillet 1945, afin d'améliorer le pouvoir d'achat des familles ayant des enfants.

L'économie familiale d'après-guerre

• Si les femmes ont le droit de vote au fédéral depuis janvier 1919, au Québec, ce n'est qu'en mai 1940 qu'elles peuvent aller aux urnes, bien après la majorité des autres provinces canadiennes.

• En 1943, pour combattre la sous-scolarisation des Québécois, le gouvernement d'Adélard Godbout instaure la Loi de l'instruction obligatoire, forçant les enfants de 6 à 16 ans de fréquenter l'école.

• Il était prévu que les allocations familiales (appelées familièrement baby bonus en anglais) seraient versées mensuellement aux mères de famille. Seul le Québec déroge à la règle et donne l'argent au père pendant quelques temps avant de se mettre au diapason du reste du pays.

• En 1945, toutes les familles – peu importe leur revenu – recevaient des prestations pour chaque enfant de moins de 16 ans, le montant variant selon l'âge de l'enfant. Au fil du temps, le système a évolué et seules les familles à faible ou moyen revenu recevaient leur chèque. De nos jours, l'aide fédérale aux familles ayant des enfants est fournie principalement au moyen de la prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE), pour tout enfant de moins de 18 ans et selon les revenus des parents.

L'économie familiale d'après-guerre

Média : Radio

Émission : Courrier-confidences

Date de diffusion : 1er décembre 1944

Invité(s) : Rose Lacroix

Ressource(s) : Réjane Desrameaux

Durée : 6 min 03 s

Dernière modification :
1er mars 2007


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Se préparer au mariage
Télévision
9 min 41 s
Les cours de préparation au mariage permettent aux jeunes couples de mieux se connaître avant de s'unir.
Gloire à la maternité
Télévision
5 min 16 s
Au cours des années 1950, l'accouchement se médicalise et de nouvelles formes de contraception apparaissent.